Les travailleurs de Sorano rouges de colère

  • Source: : Sud Quotidien | Le 14 novembre, 2017 à 19:11:25 | Lu 2046 fois | 8 Commentaires
content_image

Les travailleurs de Sorano rouges de colère

Les travailleurs de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano étaient rouges de colère hier, lundi 13 novembre. En sit-in devant les locaux de ladite société, ils ont dénoncé le retard de paiement de leurs salaires du mois d’octobre et fustigé la «mauvaise gestion» de la compagnie. Babacar Diop et Cie menacent de durcir le combat si rien n’est fait, avant de réclamer le départ du directeur général et le président du conseil d’administration.
 
Le torchon brûle entre les travailleurs de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano et leur Direction. Pour cause, les travailleurs dénoncent le retard du paiement de leurs salaires du mois d’octobre et la «mauvaise gestion» de leur société. Ils ont, en effet, organisé un sit-in hier, lundi 13 novembre, pour manifester leur courroux et attirer l’attention des autorités. «Nous sommes restés jusqu’au 13 novembre sans percevoir nos salaires», regrette le secrétaire général du Collège des délégués de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano, Babacar Diop. Dans la kyrielle de revendications, il y a aussi la «mauvaise gestion» du Théâtre national Daniel Sorano que les travailleurs n’ont pas manqué de dénoncer. «Depuis 2014, le personnel permanent et contractuel a subi beaucoup d’injustices et nous ne pouvons plus accepter de voir cette mauvaise gestion des responsables qui ne se préoccupent pas des vrais problèmes que vivent les travailleurs», a déploré le Syndicat autonome des travailleurs de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano. 
 
Pis, ajoute Babacar Diop et Cie, «ceux qui gèrent la maison ne sont pas dans les dispositions de régler les problèmes définitifs des travailleurs. Et nous avons constaté beaucoup de manquements vis-à-vis de ces responsables car ils n’arrivent pas à booster les productions artistiques du théâtre». Et, face à ce problème, les travailleurs se disent «choqués» car le Théâtre national Daniel Sorano «n’a pas de problèmes de budget». «Cette gestion sombre, nous la dénonçons. Et pourtant, le budget de 376 millions a été revu à la hausse, à hauteur de 450 millions, plus la rentabilité de la salle et les prestations externes des troupes qui s’élèvent à hauteur de 80 millions pour l’année 2015-2016», ont fait savoir les travailleurs. Ce qui poussera le personnel à s’interroger: «comment ils (les responsables) ont fait pour épuiser certaines lignes budgétaires pour que nous arrivions à ce  stade ?»
 
LES TRAVAILLEURS RECLAMENT LE DEPART DU DIRECTEUR ET DU PRESIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION
 
Etalant leur colère, les travailleurs de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano ont  fustigé le «silence» du directeur Sahite Sarr Samb et du président du Conseil d’administration, Alioune Badara Bèye, face à leur situation. «Nous optons pour le changement radical du président du Conseil d’administration, pour ces 19 années de présence alors que le décret n°78420 stipule, dans son article 3, que la durée de son mandat est de deux ans renouvelable une fois. Nous dénonçons le manque de respect du directeur général vis-à-vis de son personnel. Il est parti en voyage, vu la situation que traverse le Théâtre et cela montre qu’il n’est pas dans les bonnes dispositions de régler les difficultés que nous traversons. Nous demandons immédiatement son départ», a déclaré le syndicat. 
 
Pour autant, les problèmes des travailleurs pourraient bientôt être résolus. Car, à en croire Babacar Diop, «lors du sit-in, le ministre de la Culture nous a eu au téléphone et il sait que le personnel est dehors en train de manifester». Toutefois, les travailleurs du Théâtre National Daniel Sorano comptent intensifier la lutte jusqu’à obtenir satisfaction par rapport à leurs revendications. D’ailleurs, un autre sit-in est même prévu aujourd’hui. A noter que depuis juin 2017, le Théâtre National Daniel Sorano a changé de statut, passant d’établissement public à caractère administratif à établissement à caractère industriel et commercial.  

Auteur: Mariame Djigo - Sud Quotidien






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (6)


Ramzi En Novembre, 2017 (19:40 PM) 0 FansN°: 1
Pas étonnant quand on connait les personnes incriminées
Anonyme En Novembre, 2017 (20:08 PM) 0 FansN°: 2
Comment des noirs d'ebene peuvent-t-ils etre rouges de colere ?? :interrogation:  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation: 
Avis En Novembre, 2017 (20:29 PM) 0 FansN°: 1
tu m'as marché sur la langue.
Anonyme En Novembre, 2017 (20:29 PM) 0 FansN°: 3
Ce sont les blancs qui peuvent être rouges de colère. Aliénation quand tu nous tiens
Anonyme En Novembre, 2017 (20:43 PM) 0 FansN°: 4
Je ne connais pas Sahite Sarr, mais Alioune Badara beye est le garant éternel des lettres de noblesse de la roublardise, c'est un truand un patenté menteur et piètre écrivain.

Il est temps que ce genre de personne soit balayé de notre espace culturel.

Anonyme En Novembre, 2017 (09:46 AM) 0 FansN°: 5
ay truands lagne niome niar gneup.



pca mo proposé la nomination du dg raison pour laquelle ce dernier pense kil lui est redevable.



ils doivent être tous remplacés
Latdior2012 En Novembre, 2017 (13:03 PM) 0 FansN°: 6
Des Noirs, rouges de colères, c'est une illustration des luttes sociales, non? Le rouge et le noir,...Voilà ce que nous appelons "éducation". Encore une fois, la langue véhicule la réalité d'un peuple et sa perspective sur le monde qui l'entoure. Africains, ré-vei-llez-vous!!!  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com