Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Le volcan de l'irrationnel

Posté par: Babacar diop| Lundi 06 juin, 2016 21:06  | Consulté 700 fois  |  1 Réactions  |   

L’irrationnel surgit des ombres, comme un virus,  s’empare, des esprits qui, pourtant, sont censés être de solides remparts barrant la route aux intrus, et se propage. Difficile dorénavant de le juguler, de conjurer le mal qu’il ne cesse de véhiculer partout et à tout moment. C’est un être de nature subtile. Hybride, l’irrationnel l’est sans équivoque dans les défis innombrables qu’il lance à la mesure, au juste et à l’équilibre. L’irrationnel est un être d’ombre, un être obscure. Qui peut le saisir ? Qui peut saisir les ombres ? Même les lumières, antithèses de l’irrationnel, sont insaisissables, l’irrationnel incarné est comme un cheval rétif difficile à dompter? Qui peut prouver l’existence de l’irrationnel ? Dis qu’il est là, palpable, connu de toi. Et soudain un de tes nombreux détracteurs surgit comme un fantôme de nulle part, pour affirmer le contraire. Mais Qui a raison, toi, lui ? Eh oui, ce que l’un prend pour irrationnel, l’autre le considère comme esprit, comme forme de la raison pure. Un troisième larron s’affiche indifférent à ce qu’une catégorie de la pensée soit rationnelle ou non. Le monde des concepts est un monde confus.

 

   L’irrationnel sort de l’obscurité, comme une lave volcanique qui surgit des entrailles de la terre et pétrifie les objets qui se trouvent sur son passage, les fige. L’irruption de irrationnel et l’éruption du volcan ont de nombreuses similitudes. La lave de l’irrationnel, une fois crachée en l’air avec ses fumées foncièrement noires,  coule lentement, mais inexorablement, et d’un état liquide elle se solidifie, après avoir chauffé à blanc les esprits frais émoulus, les esprits crédules et naïfs qui sont à sa portée. La lave coulante de l’irrationnel est dévastatrice de ses cibles trouvées sur son passage où elle laisse des séquelles brûlantes, incandescentes. L’irrationnel a des effets destructeurs et laisse, après son passage, tant de ruines, tant de détritus, de manière beaucoup plus accentuée si, et alors seulement si, la pratique politique s’y mêle et se laisse mener au bout du nez par les démons irrationnels. Le fascisme, le nazisme et le racisme, trois expériences irrationnelles douloureuses, qui ne sont pas lointaines de nous, ni dans le temps, ni dans l’espace, pour qu’on puisse les oublier si vite, en sont des paradigmes historiques inoubliables pour les hommes et les femmes qui les ont subis, voire même pour celles et ceux qui  observaient, de près ou de loin, leurs victimes innombrables, la conscience meurtrie, durant les années de braise.  « Jamais, et plus jamais de tout cela », ont crié de toutes leurs forces, avec un cœur et un chœur affligés à l’unisson. L’irrationnel, selon Jean-Paul Dollé dans Le désir de révolution, est la cause des souffrances et des malheurs. L’irrationnel dans ces expériences douloureuses a pour finalité propre de réduire la liberté du citoyen, issu des masses populaires, à son expression la plus simple, si ce n’est tout bonnement de l’anéantir.

 

    Ceux qui mènent une lutte acharnée pour procéder au renversement radical des valeurs existantes émettent le souhait que le chaos et l’anarchie s’installent pour que, par la suite, l’ordre règne spontanément en lieu et place. En effet, la mentalité apocalyptique est au cœur de la pensée irrationnelle. Souhaiter la ruine, sans raison,   pour que l’ordre favorable lui succède, c’est là une attitude irrationnelle typique. Une fois l’ordre établi, sans antécédent chaotique, l’impératif catégorique qui s’impose est d’œuvrer à le soutenir, tout de même, à le consolider, le pérenniser et ne plus envisager sa destruction ultérieure. La destruction n’a jamais été une voie de salut.

 

   L’irrationnel ne saurait être réduit à une seule de ses multiples manifestations qui sont toutes conditionnées par des circonstances spatio-temporelles déterminées. Notre objectif n’est pas de les recenser. C’est inutile de tenter un tel exploit, car une fois que l’idée de les cerner et de les circonscrire germe, elles se dérobent, et l’irrationnel, comme un caméléon, se métamorphose et prend d’autres couleurs et d’autres manifestations. Il ne peut en être autrement, car le phénomène irrationnel prospère dans des situations de précarité, de survie, et d’absence de formes, où les subterfuges et les faux-fuyants sont les seuls moyens de l’existence à la portée du sujet.

 

    L’irrationnel ne se limite pas à la seule sphère du vécu quotidien. L’Histoire est sa proie la plus facile, car elle est sans défense lorsqu’on veut  la mutiler et en faire un tissu de mensonges, l’oralité, facile à manipuler et à défigurer, étant le maillon faible de la chaîne de transmission des faits de l’Histoire. L’irrationnel dans l’Histoire s’empare des faits historiques réels et en fait ce qui lui semble bon. C’est un drame véritable que l’épopée des grandes figures de l’Histoire soit réduite à de simples contes de fées. L’Histoire est une cible de prédilection, parce que l’irrationnel s’y manifeste et y prospère plus que partout ailleurs. La création de l’Histoire, d’une histoire fictive et fantastique, n’est pas plus compliquée  qu’un jeu d’enfant. Car, il n’y a pas de contrainte majeure, dans la mesure où il n’y a pas de témoin oculaire en vie et en vue des faits passés de l’Histoire. C’est à l’absence du témoin qu’on a l’outrecuidance de se livrer aux fantaisies les plus folles, quitte à les imposer non pas à l’intellect des hommes, mais à leur inconscient. L’objectif visé dans ce genre de fantasmes est de faire de l’Histoire un fonds de commerce. Voila l’irrationnel dans l’Histoire.

 

   Si rien ne le justifie, l’excès d’optimisme est toujours un facteur de troubles et de déséquilibres. Cependant, le pessimisme est purement irrationnel dans tous les cas de figure. Le monstre du pessimisme s’installe et étend ses tentacules dès qu’il y a  la conviction qu’il ne peut pas y avoir devant le sujet une porte de sortie. Le sujet historique se trouve à la croisée de chemins, mais il est cerné de toute part, et selon son entendement, tous les chemins le mènent inéluctablement à des impasses. C’est à ce moment que la révolte, et non la révolution, éclate et l’idée fatale surgit que l’univers est un empire du diable et que l’Antéchrist, c’est-à-dire l’incarnation du mal, apparaîtra sur l’étendue de nos propres terroirs, à la fin des temps, et ne surgira de nulle part  ailleurs dans l’immensité cosmique.

 

   De surcroît,  c’est la mentalité irrationnelle qui veut que la volonté de puissance, et non la raison, soit la voie royale qui mène au salut. Selon ce pessimisme foncier, une pratique politique basée sur le contrat social est une fantaisie, un chimère, car le pouvoir centralisé se fonde, non pas sur un accord hypothétique entre la communauté citoyenne et celui qui détient les rênes du pouvoir, plus précisément sur un contrat social, mais plutôt sur la terreur et la tyrannie.

 

   Si nous tenons à rappeler ces idées noires, ce n’est pas par pédantisme que nous le faisons.  Nous sommes loin d’être des européens du 19e siècle. Cependant, il y a ces temps-ci la folle idée qui germe et circule, selon laquelle, quoique nous fassions, nous sommes confortablement installés dans le gouffre et que nous sommes condamnés à y rester pour de bon. Ainsi, selon cette conception, les plans successifs d’ajustement structurel, de renaissance et d’émergence, le dernier né de la lignée, ne sont pas plus que des slogans sans efficacité aucune, destinés uniquement à encenser, à parfumer les esprits en état de putréfaction et de décomposition, à juguler le chaos en perspective. Rien n’y fait. Nos efforts sont inutiles. L’endettement  est a priori une peine perdue, un fardeau supplémentaire sur le dos des générations futures qui, à coup sûr, vont courber l’échine pour se tordre de douleur, sous le poids écrasant des échecs et des fiascos accumulés depuis l’apparition des Soleils des indépendances. La seule action possible à mener par conséquent reste et restera celle de gérer le quotidien le plus élémentaire. La réfutation à ces idées sombres incombe exclusivement aux structures qui gèrent la quotidienneté par le biais d’une action politique et sociale rigoureuse.

 

  Une autre raison du rappel des théories pessimistes dans la philosophie est l’intérêt que revêt le concept d’agent probable de la rédemption. En effet, qui est apte à diriger l’action de la communauté pour sortir du gouffre ?  Qui peut racheter la communauté nationale en détresse ? C’est avec un arbitraire qu’on envisage, pour la réponse, de désigner telle ou telle catégorie, en excluant toutes les autres. C’est irrationnel de penser que l’agent unique de développement est telle ou telle ethnie, telle ou telle confrérie, encore qu’il soit urgent de définir avec netteté et clarté les concepts mêmes de développement, de renaissance et d’émergence, sur le plan local, afin de mettre un terme à l’équivoque et à l’ambiguïté qui entourent ces concepts. Nietzsche lui-même dans sa réflexion ne précisait pas une race spécifique comme agent de rédemption. Ce sont les nazis qui l’ont fait à sa place en voyant en la race aryenne la race élue par l’Histoire pour conduire l’Humanité à l’accomplissement de son destin. Certes, le contexte historique est différent et les temps ont changé. La pensée nietzschéenne est largement dépassée. Mais la mentalité exclusiviste, réductrice est identique dans toutes les circonstances et peut toujours survivre aux vicissitudes de l’Histoire. Si le concept de race n’est plus opérationnel, celui d’ethnie ou de confession peut bien s’y substituer, si l’on baisse la garde ou qu’on manque de vigilance. L’ethnocratie politique est toujours un danger qui menace la cohésion sociale en Afrique. Le caractère  réactionnaire, donc irrationnel du concept de supériorité de la race, de la classe sociale ou de la confrérie tient à ce qu’il est une survivance du moyen âge. L’on se demande si réellement nous avons devancé, sur certaines questions cruciales, les hommes de l’époque médiévale. On souhaiterait le croire. Seulement des conduites moyenâgeuses font irruption quotidiennement dans nos mœurs.

 

    L’irruption de l’irrationnel se produit lorsqu’on pense qu’il est possible de violer les lois qui régissent l’univers. Dieu a crée la logique et les normes de la logique. Depuis la création de l’univers, depuis le BIG-BANG, aucun signe ne s’est manifesté indiquant qu’Il eût permis à des êtres de s’en libérer. L’irruption de l’irrationnel se produit lorsqu’on pense qu’il est donné à des êtres en chair et en os la possibilité d’échapper aux lois physiques de la pesanteur et de la relativité générale. L’irruption de l’irrationnel se produit quand on pense que des individus peuvent transcender les dimensions du temps et de l’espace, que l’on peut mener une vie terrestre avant de naître, que l’on peut continuer à vivre au-delà de son temps et s’inviter, même étant trépassé, dans la continuité de la vie, ou que l’on peut vivre ici et ailleurs, tout en étant embarqué dans le même flux temporel. L’irruption de l’irrationnel se produit lorsqu’on a la solide conviction, et qu’on agit en suivant la droite ligne de cette conviction, que l’on puisse gérer sa propre vie sur la base des songes, des rêves et de la divination.     L’irruption de l’irrationnel se produit si l’on pense que, pour gagner des élections, au lieu de convaincre le corps électoral, il suffit de recourir aux libations, de procéder à des sacrifices ou de pratiquer le cannibalisme en cachette. L'irruption de l'irrationnel se produit quand on pense qu'un match de foot ou un combat de lutte peut être gagné, non pas par une haute compétitivité sportive, par un schéma tactique efficient, ou grâce à une forte musculature, à d’énormes coups de poing servis à l’adversaire, mais par une simple immolation de bœufs et d’autres pauvres bêtes. Seul un sujet irrationnel peut être si naïf à tel point de croire qu’une sorcière peut dérober les organes d’un homme, si ce dernier lui serre la main pour la saluer.

 

   Cependant l’irrationnel peut bien être rationalisé, mais dans un sens unique : c’est lorsqu’on a recours à l’irrationnel pour se délecter, respirer, se libérer des pesanteurs et des contraintes de la vie active. Dans certaines situations d’extrême tension, suite à la rationalisation outrée de la vie, l’homme  étouffe, s’asphyxie et aspire à une certaine dose d’irrationalité qui lui permettrait de se libérer et humer à son aise l’air féerique des contes et des légendes. C’est très romantique. Néanmoins, le désastre dans ce cas de figure, provient de cette attitude fort possible qui consiste à prendre très au sérieux ces sornettes.

 

                                              Babacar Diop

 L'auteur  babacar diop
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (1)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Juin, 2016 (20:39 PM) 0 FansN°:1
Ce texte est publié dans le journal ENQUÊTE+ d'aujourd'hui, sous le titre: l'irruption de l'irrationnel

Ajouter un commentaire

 
 
babacar diop
Blog crée le 24/01/2013 Visité 223368 fois 83 Articles 10868 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
La taxonomie de la certitude à l’aune du Coran
Typologie des âmes à l’aune du Coran
Le big-bang en mode éthique
Le volcan de l'irrationnel
Dans l'abïme de Bacchus
Commentaires recents
Les plus populaires
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran (4)
Des pluies ou des urines
La place de l’Afrique dans l’histoire des idées au 20e siècle
Le monde invisible dans l’odyssée de Joseph
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran ( toutes parties réunies)