Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran (2)

Posté par: Babacar diop| Lundi 21 juillet, 2014 14:37  | Consulté 3561 fois  |  7 Réactions  |   

(Deuxième partie)

 

   Le lecteur averti ne serait pas surpris de cette attitude de rejet catégorique du Coran, dont le genre poétique païen fait l’objet. Déjà avant plusieurs siècles, Platon a éjecté de sa cité idéale les poètes. Il est évident que ce bannissement de la poésie et des poètes par Platon n’est pas dicté par les mêmes raisons que le Coran. En effet l’art poétique pour Platon est un art du « simulacre ». La poésie, selon le philosophe grec, est une imitation trompeuse de l’objet. Elle n’atteint jamais la vérité. N’étant qu’un art d’ornement, la poésie décadente inspire la faiblesse à l’âme humaine. Il faut préciser également que l’objectif visé par Platon dans la mise au banc de la poésie est la restauration du règne et de l’autorité de la raison, bien qu’il ne soit pas évident que le rejet platonicien de la fantaisie poétique est suffisant pour que la raison règne en maîtresse absolue sur la totalité de l’espace épistémique humain. Même si c’était le cas, ce serait un objectif bien limité, bien fragmentaire. S’ajoute à cela un fait d’une importance capitale : c’est que la restauration de l’autorité et du règne de la raison peut produire des effets malencontreux , voire même catastrophiques non seulement pour l’homme lui-même, mais aussi pour son environnement, « la dialectique de la raison » en est l’illustration la plus parfaite. Il est hors de question de se plier à toute sorte d’assertion, chaque fois que la raison y est évoquée. La raison conçue isolément des valeurs éthiques, de l’idée d’équilibre et du principe de bonheur, peut s’avérer destructrice. La dialectique de la raison résulte d’un long processus annoncé par l’Odysséed’Homère, et amorcée par La Renaissance et aboutit à cette maudite rationalité technologique qui a réduit l’homme à la servitude et à l’aliénation qui ont largement dégradé la vie et l’environnement à tel point que la vie est hypothéquée plus que jamais, alors qu’au début de ce processus de rationalisation de la vie l’optimisme était partout de mise. Le processus ayant abouti à ce phénomène, est amplement décrit par Rousseau et notamment par Adorno et Horkheimer dans leur best seller, La Dialectique de l’Aufklarung.

 

  Le Coran dans sa logique interne va bien au-delà de ces limites. Le bannissement de l’art poétique païen est l’aboutissement de la lutte contre la débauche, l’agressivité, le banditisme trans-saharien et le tribalisme dans la Péninsule arabique.

 

   Il ne peut pas y avoir de commune mesure non plus sur ce point où précisément le rejet n’est pas l’élément déterminant dans la situation antithétique. Des sujets opposés peuvent rejeter le même objet négatif, mais les raisons n’étant pas identiques, aucune commune mesure ne rattache les diverses positions  les unes aux autres.

 

   S’agissant des similitudes formelles, il faut absolument être circonspect. Selon l’éminent helléniste britannique, Jonathan Barnes, des philosophes présocratiques ont séjourné en Egypte et ailleurs au Proche-Orient, et sont revenus en Grèce avec de la philosophie. Il est bien possible de supposer qu’il y ait un contact intellectuel direct entre les grecs d’une part et leurs voisins du Moyen-Orient d’autre part. Mais, selon cet auteur, il est difficile de trouver un seul cas d’influence évident. Barnes, dans son ouvrage intitulé: Early Greek Philosophy, va plus loin, en écrivant: « It should be said that where some scholars see striking parallels between a Greek and an eastern text, others see no more than superficial coincidence ». (Il serait affirmé que là où des spécialistes perçoivent un parallélisme frappant entre un texte grec et un texte oriental, d’autres ne voient plus qu’une coïncidence superficielle).

 

  Reste donc infondée, même sur le plan purement théorique, l’assertion selon laquelle un texte coranique serait une copie d’un texte grec retrouvé en Egypte ou en un autre endroit du Moyen-Orient. Seule une déduction hâtive en besogne, basée sur des prémisses et des postulats faux au départ, puisse affirmer une idée incohérente pareille. Si l’idée de conformité accidentelle est improbable même entre différents textes profanes, alors comment envisager l’idée absurde de parallélisme possible entre deux corpus liturgiques appartenant, chacun de son coté, à deux registres que toute composante oppose diamétralement, l’un étant abrahamique et monothéiste d’une part, l’autre étant païen et polythéiste de l’autre ?.

                                                               (à suivre)

 

                                              Babacar Diop      

 

 L'auteur  babacar diop
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (7)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Anonyme En Juillet, 2014 (14:55 PM) 0 FansN°:1
la première partie de cet article est publiée dans le quotidien d'aujourd'hui
Anonyme En Juillet, 2014 (09:59 AM) 0 FansN°:2
Bonjour M. Diop, j'ai bien apprécié votre dernier texte sur le Coran et la Culture grecque. En ce sens, je voudrais vous associer à un projet de livre réponse à celui de Sankharé. Merci de me donner votre contact par mail. A bientot!
M. GAYE
Journaliste
Gaye En Juillet, 2014 (10:00 AM) 0 FansN°:3
Bonjour M. Diop, j'ai bien apprécié votre dernier texte sur le Coran et la Culture grecque. En ce sens, je voudrais vous associer à un projet de livre réponse à celui de Sankharé. Merci de me donner votre contact par mail.

M. Gaye (journaliste)
erty10@hotmail.com
Atypico En Juillet, 2014 (11:30 AM) 0 FansN°:4
" Si l’idée de conformité accidentelle est improbable même entre différents textes profanes..." Cette phrase me parait une affirmation sinon fausse du moins à argumenter . Placés devant des problèmes communs des hommes ne se connaissant pas ou vivant à des époques et des lieux différents ont eu des réponses identiques. Dans le langage populaire cette observation a donné lieu " tous les ânes se retrouvent à l'abreuvoir". Marx a reconnu qu'un autre que lui avait avancée sa thèse centrale sur l'exploitation de l'homme par l'homme et que le moteur de l'histoire était la lutte de classe . A éclairer donc surtout que les échanges entre civilisations et leur transmission d'un pays à un autre était chose banale dans ces temps anciens où chaque idée reçue d'ailleurs prenait un grand poids et imprégnait durablement la vie contrairement à aujourd'hui où une idée chasse l'autre d'une heure ur l'autre. !
Alipico bis En Juillet, 2014 (15:54 PM) 0 FansN°:5
il ne s'agit pas de conformité entre idées, mais entre textes. des idées peuvent être identiques. ce qui est inprobable c'est que des textes de différents auteurs à différentes époques soient identiques
Anonyme En Juillet, 2014 (20:47 PM) 0 FansN°:6
C'est plutôt l'ensemble des representations qui definit l'objet de la poesie. Donc la difference n'est pas de l'idee mais des assertions autour. Les textes subissent des alterations mais jamais le meme sceau. Le coran ne peut en aucune façon etre dilué dans une inspiration humaine. Ce qu'est la poesie, qui releve d'une glorification passeiste ou d'une projection vaniteuse.
BEGDIAMM En Juillet, 2014 (06:28 AM) 0 FansN°:7
De purement religieux au début, le débat qui avait
soulevé beaucoup de passion, est devenu intellectuel.
Il faut s'en réjouir et encourager l'émergence de
courants de pensée qui ne pourront qu'enrichir le débat
national. Nos politiciens à la petite semaine devraient
s'en inspirer.

Ajouter un commentaire

 
 
babacar diop
Blog crée le 24/01/2013 Visité 218027 fois 83 Articles 10102 Commentaires 12 Abonnés

Posts recents
La taxonomie de la certitude à l’aune du Coran
Typologie des âmes à l’aune du Coran
Le big-bang en mode éthique
Le volcan de l'irrationnel
Dans l'abïme de Bacchus
Commentaires recents
Les plus populaires
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran (4)
La place de l’Afrique dans l’histoire des idées au 20e siècle
Des pluies ou des urines
Le monde invisible dans l’odyssée de Joseph
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran ( toutes parties réunies)