Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Cheikh Tidiane Gaye, figure emblématique de la littérature sénégalaise d'expression arabe.

Posté par: Babacar diop| Dimanche 27 janvier, 2013 14:02  | Consulté 3464 fois  |  6 Réactions  |   

 

 

  Quel jour de deuil et de douleur! Celui du 7 janvier 2011, où Cheikh Tidiane Gaye a quitté définitivement ce bas monde, ce monde éphémère. Oui c’est le jour de la tragédie pour la littérature sénégalaise d'expression arabe devenue orpheline avec la disparition d'une brillante étoile qui remplissait de lumière et d'éclat, durant des décennies, le ciel intellectuel multicolore de notre pays. Il fut une figure emblématique, une figure de proue, une énorme machine infatigable et inépuisable à produire de la littérature et de la pensée. Cheikh, comme nous avons l'habitude de l'appeler affectueusement dans toutes les circonstances qui nous réunissaient avec lui, représentait, à lui seul, un courant de pensée et une école de style littéraire irréprochable. Cheikh, pour ses prouesses verbales et sa grandeur artistique incontestable, était un être qui nous était très cher, mais, on le sait, le Miséricordieux reprend, par la mort, ce qui Lui appartient. Nous aimions écouter l’inspecteur Cheikh Tidiane Gaye, et nous prenions un réel plaisir à l’entendre raconter de petites histoires, réelles ou imaginaires, peu importe, dans un langage codé que seul l’arabisant initié a le privilège et le pouvoir de décoder. La conviction est totale: la langue arabe ne possédait pas des secrets ni des mystères pour Cheikh Tidiane Gaye.     

 

    La célébrité

 

  Y a-t-il un arabisant sénégalais authentique qui n'a pas connu Cheikh Tidiane Gaye, soit par le contact personnel, soit par la lecture de ses ouvrages? C'était un réel plaisir de le lire, parce que tout simplement la langue arabe qu'il maniait avec talent et dextérité, lui a dévoilé toute son intimité. Je suis convaincu que ceux qui le côtoyaient  et puisaient dans la source intarissable gisant au fond de lui éprouveront, à coup sûr,  toutes les peines du monde à parler du poète en modes du passé qui dénotent l'idée fatale que Cheikh n'est plus de ce monde. Il était un leader d'opinion en milieu arabophone local. C'est à ce titre incontesté qu'il animait les débats intellectuels, les nombreux séminaires et les ateliers de travail organisés dont la finalité est l'apport des correctifs idoines au statut de l'arabe au sein du système éducatif sénégalais et l'amélioration des conditions de travail des arabisants. On lui doit beaucoup dans toutes les entreprises réussies sur le champ de la pédagogie de l'arabe. Il menait un combat farouche sans répit ni relâche pour redorer le blason de la langue rabe et lui permettre de regagner ses lettres de noblesse qu'elle a quelque peu perdues à la fin des temps immémoriaux de nos illustres prosateurs et versificateurs classiques. Cheikh œuvrait sa vie durant à suivre leurs traces et à rendre plus vivaces les idéaux qu'ils ont légués aux générations montantes, et ce dans un contexte historico- sociologique particulièrement difficile où la mondialisation veut rendre obsolètes et inefficaces, sur le plan communicationnel, les langues classiques qui ne s'offrent guère à leurs usagers comme media véhiculant les sciences expérimentales.

 

   Les qualités de style

  

   Dans les fora à caractère scientifique, si des divergences de points de vue surgissaient, ce fut Cheikh T. Gaye qui tranchait et son argumentation était acceptée de tout le monde. Cela signifie que sa maîtrise du verbe ne faisait l'objet d'aucune contestation. Il était toujours égal à lui-même. Il ne perdait rien de son sens de l'humour. Les blagues et les anecdotes qu'il prodiguait généreusement à ses collègues apaisaient les âmes tendues des participants, suite à la pression des tâches hardies. C’est ici que nous vient à la mémoire le célèbre pamphlet en vers que Cheikh composa à l’improviste, sous le titre : (500 f seulement..). Le contexte était un séminaire qui le réunissait à ses collègues dont certains se chamaillaient pour des indemnités qui n’en valaient pas la peine. Ce petit poème pamphlétaire s’ouvrait et se fermait sur le même vers que voici : (500 f seulement ne valent pas la peine de manigancer..). Il avait ainsi l’habitude de ne rater aucune occasion pour combattre, avec hardiesse et intelligence, la pauvreté d’esprit chez ses compagnons.    .

 

   Avec l'immensité de son érudition, Cheikh apparaissait pourtant rarement sur les plateaux des télévisions; contrairement à ce qui est à la mode. C'est parce que ce poète émérite n'était pas tant homme de parole qu'homme de plume. Il aurait préféré communiquer ses opinions par le code écrit plutôt que par le code oral. La qualité de sa plume lui permettait d'exprimer ses idées avec netteté, vigueur et clarté.

 

   Dans la composition et la conception de ses œuvres, il fut un classiciste. Mais son classicisme dénote un attachement indéfectible à la pureté de la langue et à la qualité du style. Il concevait le style littéraire de haute facture comme valeur sure. Toutefois cette conception ne l'a jamais conduit à cultiver le formalisme dans sa production littéraire. Tous ses écrits sont porteurs de sens et de significations. Cheikh a eu toujours quelque chose à dire aux humains et il tenait à le dire de la plus belle manière. L’une des caractéristiques de son génie artistique est le traitement de sujets légers dans un style poétique de haute facture.       

           

   La passion de l'histoire

 

  Cheikh Tidiane Gaye était un passionné de l'histoire, notamment l'histoire des grands hommes. Sa passion pour l'histoire émane de son aspiration à la grandeur historique. Ses œuvres monumentales sur Khaly Madiakhaté Kala et Serigne Abass Sall, sans oublier la belle page qu'il a consacrée au plus grand poète sénégalais de tous les temps, Léopold Sédar Senghor, dans le cadre d'un manuel scolaire, entre autres, constituent une série de textes anthologiques. Cheikh lui-même voyait en ces hommes d'illustres figures dont l'humanité tout entière peut être fière pour avoir mené des actions visant à réorienter le cours de l'Histoire et à modifier la nature des choses. La grandeur historique est l'œuvre de la pensée rigoureuse habillée de qualités stylistiques. Cheikh n'a jamais oublié l'histoire et l'histoire ne l'oubliera jamais. Il était passionné de l'histoire, et l'histoire sera passionnée de lui. Je suis convaincu que, par la force de ses idées et par la qualité de ses performances artistiques, la marque qu'il laissera sur l'histoire de la langue et de la culture arabes dans notre pays restera gravée à jamais dans la mémoire des hommes de culture.

 

   Joseph Conrad a écrit dans son roman Heart of Darkness: "If you have something to say and you say it, you are a remarkable man". Cheikh Tidiane Gaye était un homme remarquable, car il avait  quelque chose à dire aux hommes. Et il l'a bien dit.

 

                                          Babacar Diop,

                                        Professeur d'arabe

                        Lycée Mixte Maurice Delafosse

                                                 Dakar       

 

 

 

 L'auteur  babacar diop
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (6)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Mansour En Mai, 2013 (18:55 PM) 0 FansN°:1
Bonjour M. Diop,c'est par pur hasard que j'ai découvert votre blog. Je vous félicite au passage pour la qualité de vos publications et surtout pour l'article consacré à mon père feu Cheikh Tidiane Gaye/ Ce serait bien de s'échanger.
Merci de me contacter via mon email: gayeetma@yahoo.fr.
Bonne fin de soirée!
Mansour Gaye
Xavier En Juin, 2013 (21:48 PM) 0 FansN°:2
cher Monsieur,
j'ai lu votre article avec un vif intérêt. j'effectue une recherche sur la littérature de fiction arabophone en Afrique. y a-t-il des auteurs sénégalais ayant écrit des nouvelles ou des romans en arabe? peut-on se les procurer facilement au Sénégal?

cordialement

xavier
Xavier En Juin, 2013 (21:49 PM) 0 FansN°:3
j'ai lu votre article avec un vif intérêt. existe-t-il au Sénégal des auteurs de nouvelles ou de romans qui écrivent en arabe?
Anonyme En Juin, 2013 (00:44 AM) 0 FansN°:4
Il faut chercher à l'I F A N, département de recherche attaché à l'Université de Dakar, dans le département d'islamologie. Les chercheurs de cette institution universitaire pourront vous indiquer, Mr Xavier, des pistes qui vous amènent vers ce que vous voulez. Bonne chance !!
Pour Xavter En Juin, 2013 (22:48 PM) 0 FansN°:5
Moi-même l'auteur de l'article j'ai écrit trois(3) nouvelles en arabe qui ont été publiées dans un manuel scolaire confectionné et récemment sorti par l'Etat du Sénégal. Si cela vous intéresse je peux vous l'envoyer directement sur votre email.
Smithe593 En Novembre, 2015 (14:31 PM) 0 FansN°:6
Hi, everything is going well here and ofcourse every one is sharing information, that\'s really fine, keep up writing. faadacdcadfabkde

Ajouter un commentaire

 
 
babacar diop
Blog crée le 24/01/2013 Visité 225381 fois 83 Articles 11164 Commentaires 14 Abonnés

Posts recents
La taxonomie de la certitude à l’aune du Coran
Typologie des âmes à l’aune du Coran
Le big-bang en mode éthique
Le volcan de l'irrationnel
Dans l'abïme de Bacchus
Commentaires recents
Les plus populaires
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran (4)
Des pluies ou des urines
La place de l’Afrique dans l’histoire des idées au 20e siècle
Le monde invisible dans l’odyssée de Joseph
L’âme de la religion grecque à l’aune du Coran ( toutes parties réunies)